– The Witcher – Tome 1 La malédiction des corbeaux

the-witcher-couverture

• Scénario : Tobin, Paul / Pugacz-Muraszkiewicz, Borys / Stachyra, Karolina
• Dessin :Kowalski, Piotr
• Couleurs : Kowalski, Piotr
• Sortie : 03/11/2017
• Editeur : Urban Comics

Synopsis

Après avoir survécu à la Chasse Sauvage et sauvé le monde d’un hiver éternel, Geralt de Riv poursuit la formation de sa protégée, Ciri, au rude métier de Sorceleur. Sur la piste d’une strige terrorisant les environs de Novigrad, l’apprentie chasseuse de monstres cherche à en savoir toujours plus sur la créature. Au fil des haltes jusqu’à la capitale rédanienne, Geralt lui révèle les détails de sa dernière rencontre avec une strige du côté de Wyzima, un combat qui faillit lui coûter la vie.

Mon avis

Si vous ne connaissez pas The witcher, c’est un jeu vidéo basé sur le roman « Le sorceleur » d’Andrzej Sapkowski. On y suit Geralt de Riv, sorceleur de profession, qui parcout des terres hostiles et en proie à la guerre. Mais qu’est-ce qu’un sorceleur ? Il s’agit d’un humain qui a suivi un entraînement et des mutations au sein d’une des six écoles de sorceleur (école du loup, du chat, du griffon, de l’ours, de la vipère et de la manticore). Leur formation et les traitements particuliers qui leur sont infligés leur permettent d’avoir des sens aiguisés, une connaissance étoffée sur les monstres, une puissante magie des signes et un excellent maniement de l’épée. Ils vieillissent aussi beaucoup moins vite qu’un humain de base. Ils sont souvent reconnus de par leurs yeux singuliers semblables à des yeux de chat. Leur rôle est d’accomplir des contrats où ils doivent mettre fin à des malédictions ou tuer des monstres contre de l’or. Ils sont souvent sollicités par la populace ou des seigneurs locaux pour exterminer une menace surnaturelle.

witcher-ecoles

Les symboles des écoles : La Vipère, l’Ours, le Loup, le Chat et le Griffon (l’école de la manticore est mentionnée tardivement dans l’univers). Chaque école à son style propre et ses spécialités.

Ciri

Un dessin de la préface représentant Ciri, dommage que ce ne soit pas le style du comics que l’on lit par la suite…

Ce tome commence directement après la « vraie » fin du jeu The Witcher 3 : Wild Hunt. Geralt et Ciri se dirigent vers Novigrad pour y traquer une Strige. Ce contrat permet à Geralt de parfaire la formation de Ciri au métier de sorceleur. Ce nouveau contrat va raviver des souvenirs au loup blanc qui va les évoquer en compagnie de Ciri. Ces souvenirs vont se mêler avec leur quête, et l’on va s’apercevoir que le temps à beau séparer les êtres, certaines choses demeurent liées.

Le scénario bien que classique est plutôt sympas et dans la veine de l’univers de The witcher. L’ambiance est bien respectée cependant la narration lente pose un vrai problème de rythme tout au long de la lecture. On est content de retrouver ces personnages que l’on aime mais ils n’ont, hélas, pas autant de charisme que dans les jeux. Cela vient aussi du dessin qui manque cruellement de précision et de régularité. Les couleurs sont ternes et sans contrastes rendant le tout assez morne. Ce n’est pas moche mais ce n’est pas beau non plus et c’est plutôt dommage car les illustrations de la couverture et de la page de préface sont magnifiques : on aurait aimé un tel style dans le dessin de ce comics.

geralt-yennefer

Yennefer et Geralt

dragon-1320En résumé ce premier album surfe sur la popularité de The Witcher et choisit la facilité. Il n’apporte rien de très original ou aucun élément qui amènerait de la substance à la saga. Le dessin tristounet ne permet l’immersion qu’au degré de l’effleurement. On aime tout de même retrouver notre sorceleur préféré sur autre chose que les jeux ou le roman. La nostalgie fonctionne à peu près. Une oeuvre sympas pour les passionnés de The witcher uniquement. Dommage cela aurait pu être tellement plus.

« »

© 2018 Bulles de Dragons. Theme by Anders Norén.

Partagez11
Tweetez
Enregistrer
+1