• Scénario : Le Breton, Ronan
• Dessin : Grenier, Sébastien
• Couleurs : Grenier, Sébastien
• Dépot légal : 01/2008
• Editeur : Soleil Productions

Synopsis

Monstre. Démon. Abomination.
Les hommes imaginent que je suis le diable. Mais que savent-ils du Roi des enfers ?
Que savent-ils du Bien et du Mal ? Les hommes…
Des petites créatures fragiles qui vivent dans la crainte. Des êtres stupides, aveugles et bornés.
Les hommes sont des ignorants…
Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le Roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me Redoutent. Ils ont Raison. J’ignore la pitié. Je méprise la faiblesse.
Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur…

 

Mon avis

Avec une telle introduction on devine déjà que le protagoniste n’est pas là pour déposer des petites guimauves dans un chocolat chaud, charentaises aux pieds devant la cheminée. Dès les premières pages on se retrouve dans un univers infernal dont Arawn semble être le dieu. La narration est portée par celui-ci qui tout en nous faisant faire le tour du propriétaire commence à nous conter son histoire empreinte de violence, de trahisons et de tragédies. Son ton suinte la haine, la rancune et l’amertume.

Comment un simple humain a-t-il pu devenir le seigneur de ces terres de feu et de sang ? C’est sur cette interrogation que débute cette œuvre épique composée de Dark Fantasy et de légendes celtiques.

Arawn, Seigneur des Enfers

Graphiquement c’est juste magnifique : le dessin est précis et détaillé. Sébastien Grenier nous montre l’étendue de son talent page après page. Les paysages sont variés et chamarrés, les personnages sont badass et charismatiques rien que par leur allure. Les traits sont soignés et réguliers même si parfois la couleur semble prendre le pas sur la précision.

D’ailleurs parlons-en, de la couleur. Probablement le plus beau travail qu’il m’ait été donné de contempler sur de la bande dessinée. Tout y est coloré à l’acrylique ce qui donne réellement vie à l’œuvre. L’ambiance est parfaitement retranscrite par la peinture, qu’il s’agisse de la chaleur d’un foyer barbare, l’étreinte glaciale de territoires enneigés ou l’ésotérisme d’une forêt mystérieuse. Les couleurs et les teintes subliment tout simplement le dessin.

Visuellement c’est donc une grosse claque, c’est époustouflant et on plonge volontiers dans le scénario brutal et sans concessions proposé par Ronan Le Breton. C’est certes classique dans la construction mais on y retrouve tout ce que l’on aime dans la Dark Fantasy.

Ce tome nous plonge directement à l’origine de la légende d’Arawn, avant même sa naissance. On découvre Siamh sa mère, une belle et redoutable guerrière solitaire.

Siamh

Elle va heureusement croiser le chemin de Dag et malheureusement croiser le chemin de Bran. L’un étant un valeureux guerrier et l’autre un mystérieux forgeron.

Bran le maudit

 

 

Dag

 

 

 

 

 

 

De ces deux rencontres avec ces deux guerriers singulièrement différents elle va donner naissance à quatre garçons, deux garçons de chaque père.

Arawn freres

De gauche à droite : Arawn, Engus, Kern et Math

 

Les osselets du destin, un artefact possédé par Siamh, vont dévoiler à celle-ci une terrible prophétie qui concerne ses quatre garçons :

Ses enfants : un ours, un cerf, un serpent et un corbeau. Parmi eux, il y aura l’égal d’un dieu, un traitre à son sang, un autre aura le cœur rongé par les vers et le dernier sera assassiné dans son sommeil. Ses quatre fils s’affronteront dans une lutte sans merci et aucun n’en réchappera.

Quatre puissants artefacts viendront bouleverser le destin de cette fratrie et Siamh fera tout pour contrecarrer cette sombre prédiction pour le meilleur et pour le pire…

On se laisse porter par cette histoire mythique et shakespearienne. Vous allez comprendre dès ce premier tome d’où Arawn tire une partie de sa haine de l’humain et les liens compliqués qui unissent  ou divisent ces frangins aux muscles saillants et au meurtre facile. C’est bestial, cruel et sanglant.

Arawn-sanglant

Trancher dans le vif !

BD - 18 sur 20 Je vous conseille chaudement ce premier tome d’Arawn qui rentre directement dans le vif du sujet et qui pose les bases de cette aventure épique. La série, composée de six tomes, est terminée à ce jour et c’est simplement un indispensable si vous êtes fan d’Heroic Fantasy et/ou de Dark Fantasy à l’ancienne.